Interview - Gilles EYQUEM, sélectionneur national U19 F.

Bonjour Monsieur EYQUEM, pouvez-vous nous parler de votre passé de Footballeur ?
J’ai tout d’abord démarré en tant que joueur amateur au S.A. Mérignac jusqu’à l’âge de 17/ 18 ans en junior à l’époque. Ensuite je suis parti aux Girondins De Bordeaux où j’ai gravi tous les échelons jusqu’à mon premier contrat pro dans les années 80. C’étaient les grosses années des Girondins. En tant que jeune joueur, j’ai dû m’expatrier pour trouver du temps de jeu, c’est pourquoi je suis successivement parti jouer à Guingamp, Cannes, Niort et Angers.
Ma carrière de Footballeur pro s’est terminée à l’âge de 30 ans. Par la suite, j’ai commencé à entraîner, au début à l’A.S. Cherbourg qui était en 3ème Division, pendant 2 ans. Après cette période, je suis redescendu dans la région au S.U. Agen, où j’ai entraîné pendant 8 ans. Puis, s’est proposé à moi un poste de conseiller technique pour succéder à Philippe Bergeroo qui venait d’être nommé au côté d’Aimé Jacquet en sélection Nationale. Progressivement, je suis passé de conseiller départemental, à conseiller régional.
Je suis avec les sélections de jeunes depuis 2000. J’étais Adjoint chez les garçons, avec successivement François Blaquart et Philippe Bergeroo comme sélectionneur.

Depuis combien de temps êtes-vous dans le foot féminin ?
Depuis Septembre, je suis directeur du Pôle Espoir féminin, basé à Mérignac. Et depuis 2012, je suis sélectionneur chez les filles dans la catégorie u19.

Concernant le Tour Elite qui se déroule actuellement ici au Pays Basque, quels sont vos objectifs ?
C’est la qualification, être présent en Ecosse cet été pour la phase finale. Surtout celle-ci débouche sur une présence en Coupe du Monde en 2020. Nos présences régulières ces dernières années dans ces compétitions font que l’on se doit de répondre présent. C’est également très enrichissant pour la formation des joueuses présentes en sélection.

Quels sont les adversaires que vous redoutez le plus, toujours dans ce Tour Elite ?
Nous redoutons tous les adversaires, car aujourd’hui toutes les nations travaillent. En France, il y a un gros engouement, sur le Foot féminin, mais c’est aussi le cas dans toutes les autres nations. Elles deviennent plus structurées, mieux organisées, mais surtout, on reste une nation à battre, car on fait partie du Top 4 Européen. C’est donc un challenge intéressant pour les autres équipes et surtout pour nous.

Pour vous, quelle est la plus grosse difficulté à gérer avec des jeunes filles de cet âge-là ?
La plus grosse difficulté pour moi est de les avoir à disposition sur les différents rassemblements pour pouvoir les préparer au mieux à la compétition. Mais cela reste assez difficile, notamment sur ce rassemblement où j’aurais aimé avoir tout mon monde dès le vendredi pour bien les préparer, et pour pouvoir travailler avec elles. En fin de compte, on a dû céder à la pression des clubs, ce qui fait que je ne les récupère toutes qu’aujourd’hui (Lundi 1). C’est quand même délicat, à 2 jours du match de mercredi, mais ça fait partie du jeu. Il faut l’accepter. Cela n’empêche pas que cela reste toujours très intéressant de s’occuper des filles, qui sont très attentives dans le travail, très concentrées et disponibles.

Que pensez-vous des installations mises en place par la commune de Tarnos ?
C’est super, on a un terrain qui est magnifique. Je regrette que cela ne puisse pas être un terrain de match car la pelouse est d’excellente qualité, toujours préparée pour nos entraînements. Ce sont des conditions plus qu’idéales pour travailler. En plus il y a même encore un peu de soleil (rires)… On a vraiment été très bien accueilli ici à Tarnos.

Dernière question, quel est le projet mis en place par la FFF ? Augmentation du nombre de licences ? Titres ?
Le président Noël Le Graët nous fixe souvent à nous coachs, l’objectif d’atteindre le dernier carré des compétitions que l’on dispute. C’était le cas au mois d’août dernier, car qui dit présence minimale en demi-finale, dit présence pour la Coupe Du Monde en 2020. Mais outre le souhait donné par le Président, nous nous fixons nous, coachs et staff, l’objectif d’être présent pour les Championnats d’Europe et bien sûr en demi-finale pour une présence en Coupe Du Monde en 2020.

 

- - - - - - - - - - ARCHIVES INTERVIEWS - - - - - - - - - -