Interview de Nicolas Peyré, réalisé par Florian Raison

Bonjour Nicolas, peux-tu te présenter en quelques mots ?
Alors je m’appelle Nicolas Peyré, j’ai 21 ans et je suis étudiant en école d’Infirmier.

Quel est ton passé de footballeur ?
J'ai commencé le foot à l'Elan Boucalais à l'âge de 7 ans, où je suis resté jusqu'à mes 14 ans. Je suis ensuite parti du côté des Genets d'Anglet, dans le but de voir autre chose. J'y suis resté 1 an puis je suis parti 2 ans chez l'ennemi, l'Aviron Bayonnais, durant lesquelles j'ai eu la chance de jouer au niveau National, quelques matches en u17. Puis, suite à une blessure et en prévision de mes études de médecine, j'ai décidé de repartir à l'Elan Boucalais. J'ai ensuite passé 2 ans en 1ere année de médecine sans faire de foot et depuis la saison dernière, j'ai rejoint le voisin AST. Mais non, je ne suis pas un mercenaire.

Parlons de ton poste, qu’est-ce que tu aimes faire le plus ? Et à l’inverse, qu’est-ce que tu détestes faire ?
J'aime bien ce poste, parce qu'il a beaucoup de responsabilités et qu'il permet de disputer beaucoup de duels défensifs. Je ne vous cache pas que j'apprécie particulièrement le geste technique qui consiste à tacler l'adversaire. Je dois avouer qu'il n'y a vraiment rien que je déteste faire à ce poste-là.

Concernant cette saison, tu es le capitaine de l’équipe B, d’un point de vue collectif, puis individuel, quel bilan peux-tu tirer de ce début de saison ?
Tout d'abord d’un point de vue collectif, je trouve que nous réalisons un début de saison très satisfaisant. Puisqu’en tant que promu, nous comptons seulement 2 défaites et nous pointons à la 2eme place du classement, ce qui est vraiment génial. Nous avons un groupe de copain, dans lequel chacun se bat pour l'autre et nos victoires sont souvent dues à un gros mental de chacun. Ensuite, d’un point de vue personnel, j'ai eu du mal au début de saison puisque je reviens d'une blessure à la cheville que je traîne toujours actuellement. Je me sens de mieux en mieux, et il serait temps, vous me direz, au vue de mes performances plutôt mitigées, que je trouve, depuis le début de la saison. Je suis tout de même fier de porter le brassard de ce super groupe et d'être épaulé par des mecs qui sont devenus mes amis. Le coach me fait confiance même si je n'ai, à mon avis, ni l'expérience, ni la carrure de notre patriarche, j'ai nommé notre ami Régis. Je me sens très bien dans ce groupe et j'espère que nous allons continuer dans cette dynamique.

Quels sont tes objectifs individuels et collectifs cette saison ?
Tout d'abord collectivement je pense, au vu de notre début de saison, qu'il faut que nous jouions les premiers rôles à fond. A priori nous en avons les moyens et ce serait extraordinaire pour les joueurs et pour le coach, ainsi que ceux qui nous accompagnent tous les weekends, que nous réussissions à jouer le haut de tableau une 3eme année consécutive. Même si nous sommes conscients que la montée est difficilement envisageable compte tenu de la difficulté du championnat R3 dans lequel évolue notre équipe première depuis cette année, même s’ils font un début de saison tout à fait correct car ils occupent la 3ème place du classement. Ensuite, d’un point de vue personnel, je souhaite prendre du plaisir, et cela passe par tous les moments que je passe autour des terrains, tout comme nos performances sur le terrain. J'aimerai réussir à revenir à un bon niveau individuel, par fierté et pour remplir mon rôle dans l'équipe de la meilleure des façons possible.

Quels sont tes pires et meilleurs souvenirs depuis que tu as commencé le football ?
Je vais commencer par le pire qui m'a énormément marqué. C'était lors de ma première saison à l'Aviron, nous sommes parvenus à arriver en finale de la coupe des Pyrénées et nous sommes tombés contre les Genets, mon ancien club. Comme si cela ne suffisait pas, cette finale était organisée par l'Elan Boucalais, également mon ancien club. Et comme si cela ne suffisait toujours pas, je coûte la défaite de mon équipe dans les dernières minutes de la rencontre en ratant complètement une relance. J'en ai pleuré. Ensuite pour les meilleurs souvenirs, j'en ai énormément, c'est un sport qui m'a apporté pleins de bonnes choses, beaucoup d'amis. D’ailleurs mes meilleurs amis sont pour la plupart issus de mes années de foot. Mais je dois reconnaître que d’avoir joué en National, contre des centres de formation, des mecs en Equipe de France de jeunes, au pied des stades des pros, c'est génial. Je garderais également le souvenir de cette saison dernière qui pour moi était ma première saison en tant que Senior durant laquelle j'ai découvert un club, et des gens extra, avec en prime 2 montées à la fin de la saison et une solidarité énorme dans l'équipe B dans laquelle j'ai pu jouer quelques matches. Je dois reconnaître que même si j'ai été beaucoup blessé la saison dernière, j'ai eu envie de rester investi pour le club et notamment cette équipe B parce que le groupe me plaisait, le coach et les gens qui l'entourent aussi et tout ça a fait un mélange magnifique qui fait se sentir bien et qui donne envie de se dépouiller le week-end.

Quels sont tes loisirs en dehors du football ?
Comme je l'ai dit un peu plus haut, je fais des études pour devenir Infirmier et cela prend beaucoup de temps. Cependant, j'ai également la chance de pouvoir être de façon hebdomadaire, locataire du « Jungle », mais rassurez-vous, toujours en pensant football puisque je sors avec mes copains de l'AST. Et sans oublier que je fais énormément de tâches ménagères… (Je suis un cœur à prendre).

Pour terminer, cites nous :
- ton alcool préféré
- le voyage de tes rêves
- la femme de tes rêves
- ton XI de rêve, avec toi en numéro 5.

Alors mon alcool préféré, j'hésite entre la bière ou le whisky, mais je sais m'adapter à toutes les situations. Je rêve depuis que j'ai 6 ans d'aller visiter le Pérou, c'est une culture et un endroit qui me fascine. La femme de mes rêves, est la copine de Florian Thauvin, Charlotte Pironni, elle a un truc en plus que beaucoup n'ont pas, une chèvre à la maison.

Mon onze de rêve : Ramé, Lahm Planus, Moi et Tremoulinas. Yaya Touré en sentinelle avec Zizou en 10. Julien Faubert sur un côté et de l'autre côté Malcolm et en attaque le duo Cavenaghi et Chamakh. Si avec ça on ne gagne pas la Ligue des Champions, je ne comprends pas.

- - - - - - - - - - ARCHIVES INTERVIEWS - - - - - - - - - -